Mettre en place des espaces FAL

Il est essentiel d’aller au-delà de la constitution d’un fonds, et de créer un véritable espace dédié, quelle que soit la forme que celui-ci prendra.
La question de nommer ou pas ces espaces est l’objet de débats chez les bibliothécaires.
Si la dénomination « easy-to-read squares » fait l’unanimité dans les pays du nord de l’Europe, il semble plus difficile d’adopter le terme « Facile à lire » pour les bibliothécaires français, qui craignent encore de stigmatiser une partie de leur public.

Avec l’expérience, on remarque pourtant qu’aucun sentiment de ce genre n’est ressenti par ceux qui fréquentent ces espaces.

S’il n’est pas obligatoire de nommer l’espace « Facile à lire », il est utile de le signaler, grâce au nouveau label « Facile à lire Bretagne » par exemple.

fal horizon

Pour utiliser ce logo, une charte d’utilisation a été adoptée en janvier 2018. Cette charte précise les critères du « Facile à lire » tels qu’ils sont définis par Livre et lecture en Bretagne :

Ce qu’il faut prévoir a minima pour entrer dans la démarche « Facile à lire » :

  • Installer un espace « Facile à lire » bien identifié au sein de la bibliothèque, séparé des autres collections, sur un mobilier repérable ;

  • Choisir un emplacement spécifique au sein de l’établissement, pour une visibilité maximum (espace d’accueil, ou à l’extérieur ou à l’entrée de la bibliothèque par exemple) ;

  • Présenter les ouvrages de face (à proscrire absolument : les meubles fermés, les rayonnages classiques, les meubles qui posent des problèmes d’accessibilité) ;

  • Disposer un minimum de 50 livres dans le fonds « Facile à lire » (la collection « Facile à lire » peut être tournante et provenir des collections habituelles de la bibliothèque), et renouveler régulièrement cette collection ;

  • Créer une démarche partenariale: la bibliothèque s’engage à travailler avec les partenaires du champ social de sa collectivité, pour un plus grand succès de cette démarche, notamment auprès de publics ciblés, car éloignés du livre et de la lecture ;

  • Prévoir des temps de médiation / animation particuliers si possible, pour valoriser cet espace « Facile à lire » et toucher les publics visés (ces médiations peuvent se faire au moment de l’inauguration de l’espace par exemple, ou plus tard, et se renouveler).

On recommande un mobilier repérable, au design particulier, flashy, transportable si possible, car le « Facile à lire » doit pouvoir sortir des murs de la bibliothèque.

Le choix de l’emplacement de l’espace FAL est important : il doit être bien situé, visible tout de suite depuis l’entrée de la bibliothèque, ou hors des murs de la bibliothèque.

L’espace « Facile à lire » peut trouver seul son public, qui est souvent bien plus large que celui qui était visé au départ.

Pour toucher les publics les plus éloignés, notamment les gens qui ne franchissent pas
– ou difficilement – la porte de la bibliothèque, il est indispensable de s’appuyer sur des partenaires.

Ils sont propres à chaque structure, selon le tissu existant (missions locales, organismes de formation, associations, CCAS…), tous ceux qui pourront aider la bibliothèque à repérer les personnes et à les motiver à rentrer en contact avec celle-ci par le biais d’un atelier, d’un projet à court ou long terme, ou simplement d’une visite.

Texte en partie rédigé par Gérard Alle (pour la revue Pages de Bretagne n°40 – novembre 2015)