Les bibliothèques de Quimper communauté

Propos recueillis par Gérard Alle (pour la revue Pages de Bretagne n°40 – novembre 2015)

Quimper Communauté : « Facile à lire » fait l’unanimité

Pour François Rosfelter, plus d’un an après la mise en place des premiers espaces « Facile à lire » dans les médiathèques de Quimper Communauté, quelques points communs émergent des bilans fournis par chaque responsable de structure.

Le « Facile à lire » à la médiathèque des Ursulines

 

« La souplesse de ce fonds en constante évolution permet de trouver un public plus facilement. À signaler, la présence d’un public ado et féminin, et également le souhait de réorienter ces fonds vers un public plus masculin et en phase d’apprentissage de la langue, à Penhars, mais aussi l’adaptation de ce que peut être le FAL en fonction de la population à desservir sur chaque territoire communautaire, un public de faibles lecteurs ou plus orienté vers l’illettrisme.

J’ajouterai que de proposer ces espaces dans toutes les bibliothèques du réseau, pour un public habitué à aller d’une structure à l’autre, permet de “déstigmatiser” ces collections, ce qui serait moins le cas si elles n’existaient que dans des bibliothèques de quartiers sensibles comme Penhars. »

Le Facile à lire à Penhars

Les taux de rotation sont excellents, parfois même montrent une surexploitation de la collection, qui devra donc être étoffée.

« À l’avenir, nous n’envisageons pas d’augmentation de la superficie des espaces, sauf peut-être pour Penhars ; pas d’augmentation budgétaire non plus pour ces fonds, mais pas
de diminution non plus. Des déménagements sont possibles de ces espaces pour certaines médiathèques (dans tous les cas vers l’entrée des établissements et donc plus en vue). »
L’ensemble des bibliothécaires du réseau est convaincu du bienfondé de la démarche et de la présence de ces espaces.

« Par contre, ils ont tous la volonté de réorienter ces collections pour élargir le public à toucher, ce qui est relativement facile à faire sur des fonds très dynamiques et peu importants quantitativement. Enfin, la petite taille des espaces et du fonds permet de retirer (en cas d’absence d’emprunt ou d’ouvrage inadapté) ou d’ajouter facilement
les documents. Cela est un atout pour la vie de ces fonds et est partagé par tous. »

Publicités