La malle de Lesneven

La malle de Lesneven

Texte rédigé par Gérard Alle (pour la revue pages de Bretagne n°40 – novembre 2015)

Olivier Le Gall, directeur de la médiathèque :

« Nous avons placé l’espace “Facile à lire” devant l’entrée de la médiathèque depuis cet été. Ça ne fait donc que quelques mois. L’impact est encore timide. Mais ça commence. Nos usagers ont des habitudes bien ancrées. Il faut un travail de médiation.

Pour la fabrication, nous avons fait appel à un artiste, Guillaume Le Quément, qui a réhabilité et adapté une malle-cabine à tiroirs du début du XXe siècle. Elle est utilisable en intérieur comme en extérieur. Cet été, nous sommes allés dans les quartiers, sur des bouts de terrain, en bas des immeubles ou au milieu des lotissements, avec tables et chaises pliantes. Ça a bien marché.

La mise en place du “Facile à lire” est exigeante. Il faut instaurer des partenariats solides, donc organiser pas mal de rencontres et de réunions. Il nous faut encore renforcer notre collaboration avec le CCAS, aller à la rencontre de l’épicerie solidaire et du Secours catholique, mais aussi améliorer notre communication.

L’équipe doit avoir le réflexe de rechercher dans les collections tout ce qui peut entrer dedans. Pour les acquisitions, on fait plus attention aux publics différents, quelle que soit cette différence, car l’éloignement de la lecture peut avoir pour origine des situations très diverses, et c’est l’une des difficultés.

Cette réflexion au sein de l’équipe nous a conduits à proposer aux élus de changer nos tarifs, en instaurant la gratuité pour les chômeurs et minimas sociaux. Et grâce notamment aux abonnements remplis par le CCAS, nous avons vu arriver un public qui ne serait pas venu autrement.

Tout cela est en gestation. C’est comme un laboratoire, et nous observons son évolution, comme j’ai pu observer l’évolution de la bibliothèque, depuis cinq ans. Par exemple, je trouve que les gens restent de plus en plus longtemps, pas simplement pour emprunter des livres.

Ils prennent leur temps. La place du public gagne progressivement celle des collections physiques, et nous nous adaptons en proposant plus d’offres impliquant que l’on reste sur place, comme les consoles de jeux ou les revues. Il ne faut pas que la bibliothèque soit un prolongement de l’école, où les gens baissent automatiquement la voix. Il faut qu’ils se sentent un peu chez eux. Et quelle que soit leur origine sociale. Nous avons aménagé une terrasse, pour favoriser la rencontre. Le “Facile à lire” me semble le prolongement du travail de médiation que j’ai observé dans les quartiers, à Concarneau, il y a treize ans, avec ATD Quart Monde.

Le Pacte d’avenir, avec son volet sur l’illettrisme, a été moteur pour nous. Cela nous a obligés à sortir de notre bulle et à nous demander pour qui et pourquoi on travaille, et à répondre très concrètement à ces interrogations. Et ce n’était pas évident pour nous, qui n’avons pas de difficulté avec la lecture, de nous tourner vers ces publics dits “empêchés”.

Notre habitude de participer à l’opération Ados d’Mots, initiée par le conseil général du Finistère, nous a bien aidés, ainsi que le travail de Frédérique Niobey dans l’atelier d’écriture mis en place dans le cadre du Pacte d’avenir, pour lequel elle a beaucoup donné.

Des participants à cet atelier, comme Dominique, sont devenus des utilisateurs réguliers
de l’espace “Facile à lire”. Elle nous fait des retours sur les bouquins et est devenue notre conseillère pour construire le fonds.
Par exemple, elle nous a permis de comprendre qu’il fallait éviter les récits avec flash-back et privilégier les récits linéaires.

Autre élément important : cette expérience a renforcé la collaboration avec mes collègues des médiathèques du secteur. »

Contact :

Olivier LE GALL, directeur de la Médiathèque

mediatheque.lesneven@orange.fr

malle-fal-lesneven